0 8 minutes 3 mois

Le Sauveteur secouriste du travail ou SST est un employé d’une entreprise qui a suivi une formation particulière lui permettant de faire les premiers secours en cas de besoin. Les personnes qu’un salarié SST sauve peut être un autre salarié ayant subi un accident de travail ou une malaise dans l’enceinte de l’entreprise. Le sauveteur ne fait pas que sauver ses homologues, il doit aussi aider les responsables hiérarchiques divers à prévenir les problèmes. Pour cela, il est nécessaire que ce salarié suive une formation SST.

 

Evolution de la formation

La formation en sauvetage secourisme du travail est en constante évolution. En quelques années, il y a eu plusieurs changements à ce propos. En 1946, chaque entreprise a été contrainte d’avoir au moins 20 personnes formées en SST selon le code du travail qui a été mis en vigueur à l’époque. En 1957, le terme « sauveteur secouriste du travail » a été utilisé pour la première fois. En 1962, la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs ou CnamTS a mis en application deux circulaires fixant le cadre de la formation. Celles-ci précisent le nombre de secouristes qui doivent être présents dans une entreprise. Elles actent également la conception du certificat de sauvetage secourisme du travail. En 2003, d’autres enseignements viennent compléter la formation basique. Ils ont pour objectif de détecter les situations à risques et protéger les zones d’accident tout en glissant la notion d’auxiliaire de prévention.

En décembre 2010, les réglementations d’avant ont toutes été abrogées par la nouvelle circulaire CnamTS. Cette dernière accorde à l’INRS les avantages pour assurer la mise en place et la mise à jour des nouveaux référentiels. A partir du début de l’année 2011, un document de référence que l’INRS a établi détermine pour l’intégralité du dispositif les référentiels d’activité, de compétences et de certification. Depuis, dans le document de référence, il est possible de voir les deux buts d’une formation SST :

  • porter secours ;
  • participer à la prévention des risques dans l’entreprise.

En quoi consiste la formation  SST ?

La formation en SST permet d’acquérir certaines compétences spécifiques comme :

  • la maitrise des démarches à suivre et des gestes de premiers secours à entreprendre en cas de souci. Cela peut être un accident de travail qui nécessite la mise en sécurité de la victime, l’étouffement ou le saignement, l’utilisation d’un défibrillateur, la pratique du massage cardiaque, etc.
  • la compétence concernant qui et comment alerter selon l’organisation des secours dans l’entreprise ;
  • le repérage des situations dangereuses au sein de la société et la détermination des personnes à qui s’adresser pour relayer les informations ;
  • la participation à la mise en œuvre d’opérations pour prévenir et protéger les salariés.

 

Comment devenir sauveteur secouriste du travail ?

Tout le monde au sein de l’entreprise peut faire la démarche permettant de devenir sauveteur secouriste du travail. La formation pour devenir SST est en effet, sans prérequis particulier. L’employé qui entre en stage suit des formations léguées par un formateur en Sauvetage Secourisme du Travail dans un organisme de formation habilité. Il dispose d’une certification donné par le réseau Assurance maladie risques professionnels ou l’INRS. Il faut noter que l’INRS ne donne pas de formation SST. L’organisme ne fait pas non plus de recyclage de formation.

Et pour devenir un instructeur SST, il est indispensable de passer par le poste de moniteur SST. Après, il est nécessaire de suivre une formation octroyée par l’IRNS.

 

Déroulement de la formation

La formation de SST dure au moins 14 heures. Elle est à refaire tous les 2 ans. Cette actualisation des compétences est appelé recyclage et il dure à chaque fois 7 heures. Son but est d’assurer le maintien et l’actualisation des compétences. À cette occasion, l’employé est réévalué.

Il faut noter qu’un employé qui effectue une formation SST ne paie pas les frais de ses cours. C’est l’organisme en question qui l’assure.

A la fin de sa formation, l’apprenti sauveteur passe par des évaluations. C’est seulement quand il y réussit qu’elle puisse enfin obtenir son certificat de sauveteur secouriste du travail. Ce document est délivré par le réseau Assurance maladie Risques professionnels / INRS. Sa durée de validité au niveau national est de 2 ans.

Il est également possible que les élèves et les apprentis de l’enseignement professionnel dans le cadre de la préparation d’un diplôme obtiennent ce certificat SST. Ceux-ci peuvent avoir l’équivalence appelée la « Prévention et secours civique de niveau1 » ou (PSC1) du ministère de l’Intérieur. Un ensemble de dispositions régit cette formation.

 

Les avantages de la formation Sauveteur secouriste du travail

Pour l’entreprise, avoir une personne qui dispose d’une certification de SST permet d’entrer dans la normalité. Comme avoir des employés SST est obligatoire, la formation ne fait qu’aider les responsables de l’entreprise. Elle respecte donc les normes en vigueur en acceptant de donner à ses employés l’occasion de suivre les formations SST.

Pour les salariés, la certification témoigne leurs compétences pour sauver leurs collaborateurs en cas d’accident ou de souci de santé en milieu professionnel. Ils peuvent également participer aux différentes études menées par les responsables de l’entreprise et qui visent à prévenir les risques et les éviter.

 

Quels sont les accidents les plus fréquents au travail ?

Dans la plupart des cas, les risques et accidents varient d’un métier à un autre. Il y a en effet, des métiers qui sont plus risqués que d’autres. C’est le cas du BTP par exemple. Dans bien de fois, les travailleurs dans ce domaine doivent œuvrer en hauteur ou encore manipuler des engins de grande taille. Ils manipulent aussi des outils et équipements de toutes les sortes qui pourront causer un accident. Le rôle du sauveteur secouriste du travail est de prévenir les dangers dans un premier temps. Dans un second temps, il doit assurer les premiers soins en cas d’accident. Et dans un troisième et dernier temps, l’employé ayant suivi une formation SST les traitements adaptés après son intervention jusqu’à ce que le malade ou la victime soit bien rétabli.